Stage 1

Retrouvez les classement en direct :

http://jbtimeconcept.be/live/rp2017/

Princesses, soleil, bonheur…

 

Tandis que Paris s’éveillait, le 18e Rallye des Princesses Richard Mille a pris son envol depuis la Place Vendôme, offrant aux 90 équipages, une traversée dominicale de la Ville Lumière en guise de rampe de lancement. L’objectif du jour ? Rallier la belle campagne et entamer enfin cette première étape de plus de 350 kilomètres, déclinée en quatre TR (Tests de Régularités). Une invitation à la découverte du Loiret, du Pays Briare, de l’Indre et du Cher, avant d’atteindre Saint-Aignan et le site hôtelier exceptionnel des Jardins de Beauval. Le tout, bien entendu, agrémenté d’une escale déjeuner aussi pittoresque que somptueuse dans le domaine du Château de Pont Chevron, lieu exclusif ouvert aux Princesses, par la famille La Rochefoucauld. Omniprésents tout au long de la journée, le soleil et une chaleur estivale ont monté en température cette première étape déjà exigeante pour les équipages et leurs belles mécaniques anciennes. Changements de directions et de moyennes ont animé cette journée initiale, dans des décors champêtres, offrant d’emblée quelques rebondissements sportifs…

 

 

Il est 8h30, Paris s’éveille. Malgré quelques gouttes de pluie tombées à l’aube sur Paris, le 18e Rallye des Princesses Richard Mille s’est offert, dès 8h30 un départ en fanfare depuis la Place Vendôme. Placés sous les ordres du drapeau tricolore brandi par Viviane Zaniroli, les 90 équipages au départ se sont soumis au cérémonial en place, respectant scrupuleusement leur heure de départ. De quoi surprendre pas mal de Parisiens déambulant dans les rues de la Ville Lumière en ce long week-end d’Ascension, spectateurs enthousiastes de ce défilé charmant.

Vade retro Innocenti ! Lauréates de l’édition 2016 et donc tenantes du titre, Marie-Christine Périn et Véronique Morel-Lab (Mini Inoccenti Cooper n°70) se sont offert une petite marche arrière improvisée dans le deuxième TR du jour. Un léger faux pas initial qui, compte tenu, du classement  final ultra serré de cette première étape, leur aura sans doute coûté la première place….

 

Cadeau de fête des mères. Ce jour de Fêtes des mères revêtait une importance particulière pour bon nombre de participantes à ce 18e RALLYE DES PRINCESSES RICHARD MILLE. Un peu plus encore pour les nombreux équipages mère/fille, inscrits cette année. Parmi ceux-ci, celui formé par Nicole et sa fille Elisa Noémie Laurent (Lancia Fulvia Sport Zagato n°37)  s’est offert la journée… presque parfaite. Victorieuses du premier et du 4e TR du jour, Nicole (74 ans et 12 participations) et Elisa (double lauréate en 2011 et 2012), la famille Laurent n’aura finalement été victime d’une seule petite erreur, lors du deuxième TR de la journée…. «Un chemin en terre raté. Un ‘quitté droite’ pas évident à voir qui nous a fait accumuler les retards et les pénalités…», se désolait Elisa, pourtant plus habituée à manier le volant que les instruments de navigation. Leur 5e place au général ce soir à Saint-Aignan leur a pourtant rendu le sourire et, bien évidemment, l’espoir de figurer en ordre utile, jeudi à Saint-Tropez.

Le château des Princesses. Au terme des deux premiers TR du jour, c’est dans le cadre somptueux du Château de Pont-Chevron à Ouzouer-sur-Trézée, dans le Loiret, que la famille La Rochefoucault a accueilli les Princesses pour une pause déjeuner enchanteresse. Véritable havre de paix, niché dans une nature à couper le souffle et baigné par un large étang de nénuphars, le château et son élégante silhouette ont offert aux Princesses, un moment de détente bienvenu. De quoi restaurer l’ensemble des équipages avant un après-midi très exigeant…

 

Panne sèche pour l’Austin. Déjà en proie à quelques hoquets avant même les vérifications de samedi Place Vendôme, l’Austin Healey n°18 d’Odile Rivier et Sophie Fabri, s’est arrêtée net, tout à la fin du 3e TR du jour. En cause, visiblement une panne sèche et un sérieux problème de batterie qui a valu à l’équipage de passer un bon moment  l’arête dans la belle campagne française en attendant le précieux concours de l’équipe d’assistance du rallye, lancée à leur secours.

T’as voulu voir Vierzon… Et dire que tout avait si bien démarré pour Julie Mallen et Alice Martin (Porsche 356 n°26). Malgré un petit oubli au niveau des instruments de navigation dans le premier TR du jour, les deux jeunes et dynamiques drômoises s’étaient adjugé le deuxième TR pour pointer parmi les candidates à une première victoire d’étape en fin de journée. Malheureusement, un sérieux souci mécanique (boîte de vitesses), les immobilisa net dans la liaison entre les TR3 et 4, en direction de Vierzon. Loin de se laisser démonter, les deux jeunes femmes en appelèrent immédiatement à l’équipe. Et, sauf contre ordre, une BMW 1600 de remplacement convoyée depuis Valence durant la nuit, devrait leur permettre de reprendre le départ du rallye dès ce lundi matin.

Les lauréates du jour sont. Avec 58 unités au compteur et avec une Ferrari 328 GTS pas forcément très maniable sur les petites départementales, ce sont Nadia Moreau et Valérie Dot (n°89) qui remportent cette première étape du RALLYE DES PRINCESSES RICHARD MILLE avec seulement 8 dixièmes de point d’avance sur Marie-Christine Perin et Véronique Morel Lab (Mini Innocenti Cooper n°70). Novices sur l’épreuve, mais habituées à la régularité, Véronique Castelain et Stéphanie Wante (Porsche 911 SC n°81) complètent le podium provisoire de la catégorie Historic. Du côté des Classic, ce sont Sorhor Fevre et Inès Cohen (Morgan Roadster 4 n°97) qui dominent le plateau réservé aux voitures les plus récentes.

PAROLES DE PRINCESSES

Viviane Zaniroli (organisatrice) : «Le soleil et la chaleur estivale ont marqué cette première étape disputée au centre de la France. Je tiens à féliciter tous les équipages pour leur courage sur un parcours exigeant tant pour les organismes que pour les mécaniques. Les paysages étaient de toute beauté, mais le parcours était déjà exigeant et sportif, comme le veut la tradition du RALLYE DES PRINCESSES RICHARD MILLE. Dès demain la température devrait s’adoucir et offrir plus de confort à tout le monde. Cette première étape démontre également à quel point les équipages qui visent la victoire sont affûtés. La preuve que le plus grand rallye féminin de l’Hexagone est également un rendez-vous sportif de haut niveau : huit dixièmes de point sépare les deux première du classement Historic et la bataille fait déjà rage à tous les étages. Cela nous promet un rallye palpitant jusqu’à Saint-Tropez. Mais attention à ne pas s’emballer. La route est encore longue puisque 20% du parcours ont été parcourus. C’est dire si tout est encore possible… »

 

Sandrine Heregots (Bel/Citroën DS21 n°42) : «C’est notre premier Rallye des Princesses Richard Mille et notre première régularité. Sophie et moi apprenons cette discipline particulière. Chaque année, nous nous fixons un objectif commun. Et là nous rêvions de prendre part à ce rallye 100% féminin. Nous partons avec énormément d’enthousiasme. Nous sommes curieuses de voir comment cela va se passer. Ce matin, nous avons un peu dû ralentir d’autres équipages plus habiles que nous. Notre objectif ? Arriver à Saint-Tropez au terme d’une belle expérience entre amies… »

 

Ambre Boucherie (Fra/Chevrolet Corvette Cabrio n°47) : «Ma navigatrice est novice, mais puisque nous nous étions pas si mal débrouillé lors du stage organisé par l’organisation, je pense que nous pouvons briguer une place dans le top 10 final. Ce matin, dès le premier TR, c’était déjà très compliqué avec pas mal de changements de direction. La puissance de la Corvette, nous permet de gommer quelques retards. En revanche il faut doser la pédaler d’accélération, car cela reste une voiture très nerveuse à piloter… »

 

Stéphanie Neant (Fra/Porsche 911 Targa S n°63) : «Il a fait terriblement chaud dans le voiture aujourd’hui. Mais Marie et moi nous aimons les défis sportifs. J’aime le sport et je pratique pas mal le VTT. Mon équipière est plus branchée mécanique, mais toutes les deux nous sommes passionnées d’automobile. Nos maris nous mettent d’ailleurs pas mal la pression. Les Princesses c’est glamour, mais je peux vous assurer qu’en TR, ce n’est pas de tout repos. »

 

Alice Martin (Fra/Porsche 356B n°26) : «Nous avions déjà des petits soucis de boîte de vitesses en arrivant à Paris samedi. C’est vraiment dommage d’être stoppées après seulement trois TR dont nous en avions remporté un. Malheureusement, la casse mécanique fait partie de toute discipline moteur. L’important maintenant, c’est de repartir demain ! » 

Télécharger le Timing et la Cartographie de l'Etape 1

Heure de Départ Etape 1

Classement Historic Etape 1

Classement Classic Etpae 1

Gazette Etape 1