Etape 2

Retrouvez les classement en direct :

http://jbtimeconcept.be/live/rp2017/

Châteaux de Princesses

C’est par ‘La Route des châteaux’ que les 90 équipages du Rallye des Princesses Richard Mille ont entamé cette deuxième étape longue de 340 kilomètres entre Saint-Aignan et Vichy. Un premier passage tout en beauté, entre pâturages et coquelicots en fleurs, au cœur de ce Berry qu’affectionnait particulièrement Georges Sand, autre femme de tempérament. Pas question en revanche de se laisser aller à trop de rêveries puisque le deuxième rendez-vous de la journée était fixé au Circuit de la Châtre pour un TR un peu particulier, juste avant le déjeuner fixé à Pouligny. Le Golf des Dryades d’où, sans préavis aucun, les équipages s’élançaient pour les trois derniers secteurs chronométrés tracés tout en navigation dans les labyrinthes naturels avant de s’attaquer à l’Auvergne ou de l’Allier, non sans une ultime incartade dans la Creuse et la Loire. Vichy, ville d’eau et de thermes  a accueilli dans l’écrin magique de son Parc des Source des équipages particulièrement éprouvés par cet après midi de près de 240 kilomètres…

 

La Mini fait le maxi. Cueillies à froid ce matin au départ de Saint-Aignan, Marie-Christine Périn et Véronique Morel-Lab (Mini Innocenti Cooper n°70), les tenantes du titre, ont sans doute perdu le rallye sur une erreur d’attention et d’encodage de moyenne. Effectuant tout le TR 5, le premier du jour, à la moyenne haute (50 km/h), plutôt qu’à la moyenne imposée (45 km/h), la Mini a été lourdement sanctionnée de 1.232 points de pénalité. Autant dire que les espoirs de podium se sont envolés pour l’une des prétendantes sérieuses à la victoire.

Coup de pompe pour Morgan. En tête de la catégorie Classic réservée au véhicules les plus récents, au terme de la première étape, Sorhor Fevre et Inès Cohen (Morgan Roadster 4 n°97) étaient signalées à l’arrêt dans le premier TR du jour (TR5) avec des problèmes de pompe à essence. Heureusement, nos deux princesses qui avaient un temps envisagé de changer de véhicule ont finalement réussi à faire changer la pièce défectueuse dans un petit garage de la région et tentaient de rejoindre in extremis le rallye pour les deux ultimes TR de l’après-midi.

 

Biche is back ! Deux ans après une première participation sur une Jaguar Type E, Michèle Espinosi-Petit, mieux connue et… reconnue sous le surnom de ‘Biche’  est de retour sur le rallye des Princesses. La copilote légendaire du duo non moins mythique formé avec Jean-Claude Andruet sur Alpine Renault et Lancia Stratos dans les années ’70 (victoire au Monte-Carlo et au Tour de Corse), sert aujourd’hui la partition à Catherine Labbe, pilote chevronnée, au volant d’une Alfa Romeo 2000 GTV.

 

Auto régulation à La Châtre. Décor du deuxième TR du jour (TR6), le circuit de La Châtre invitait les Princesses à ‘ s’auto réguler’ sur 6 tours (1 tour de reconnaissance, 1 tour de référence, 3 tours de confirmation et un tour de sortie). A ce petit jeu un peu différent, ce sont France-Lise Lalbat et Marine Lalleval (MGA Cabriolet n°15) qui ont réussi le zéro parfait, tout comme les Belges Sandrine Heregots et Sophie Eykerman dont la superbe DS21 n’ a eu comme seul désavantage que d’être huit ans plus jeune que la belle Anglaise.

 

Premières ‘Zanirolades’. Connu et… reconnu pour ce petit brin de sadisme saupoudré de délicatesse qui pimente inévitablement le roadbook du rallye, Patrick Zaniroli avait déjà le sourire aux lèvres… Une petite ‘Zanirolade’ d’entrée, de quoi se mettre en jambes sur la toute première prise de temps… puis un 7e Test de Régularité (TR), juste après le déjeuner, truffé de petits pièges : voilà qui aura donné d’emblée du fil à retordre aux équipages dont certains eurent parfois du mal à se dépêtrer de ce véritable labyrinthe champêtre…

La Zagato…une note trop loin. Auteurs d’une troisième victoire en TR dès l’entame de cette deuxième étape, Nicole et Elisa Laurent (Lancia Fulvia Sport Zagato n°37) espéraient se rapprocher du top 3 en fin de journée. Malheureusement, une faute de navigation leur coûta plus de 600 points dans le TR n°7, à la sortie du déjeuner. Gageons pourtant qu’il en faudra plus pour miner l’enthousiasme de l’équipage…

 

La Jaguar du Mans. Cette édition 2017 du Rallye des Princesses Richard Mille propose quelques voitures hors du commun. L’une d’entre elle est la Jaguar Type E de 1962 n°28 qu’aime à présenter sa ravissante pilote d’origine slovaque, Katarina Smijak. « Nous avons acheté cette voiture voici quatre ans. Pour une voiture anglaise de l’époque, il était tout à fait hors du commun d’avoir le volant à gauche. Elle a été conçue pour une participation aux 24 Heures du Mans 1963. Nous l’avons fait remettre en état par un garage spécialisé dans la région parisienne. Depuis elle a pris part à deux Tour Auto et à deux Rallyes des Princesses. »

Les lauréates du jour sont… Toujours placées sans concéder trop de points à leurs principales adversaires grâce à une… régularité sans faille, Nadia Moreau et Valérie Dot (Ferrari 328 GTS n°89) confortent leur prise de pouvoir sur cette 18 édition du Rallye des Princesses Richard Mille. Ex aequo avec Véronique Castelain et Stéphanie Wante (60 points) sur cette 2e étape, elles conservent le même avantage (9 points) sur l’équipage de la Porsche 911 n°81, désormais deuxième au classement général. Catherine Proust et Dominique Globaux (Triumph TR5 n°39) complètent le podium provisoire. En catégorie Classic, ce sont Marion Lohio et Sabine Cybulski (PGO Seven n°98) qui profitent des ennuis mécaniques des leaders du premier jour pour réaliser le coup double parfait: victoire d’étape et classement général…

 

PAROLES DE PRINCESSES

 

Viviane Zaniroli (organisatrice) : «Le Rallye des Princesses Richard Mille est une épreuve 100% féminine et glamour, mais elle n’en demeure pas moins un rallye de régularité particulièrement compliqué. La navigation inscrite au programme de cette deuxième étape entre Saint-Aignan et Vichy était là pour le rappeler. Plusieurs rebondissements sportifs sont là pour en témoigner. Malgré deux gros incidents techniques, nous conservons toujours 90 équipages en course, la preuve également que la grande majorité des voitures bénéficiaient d’une bonne préparation. Chapeau aussi à tout l’équipe des mécaniciens de l’organisation qui abattent un travail titanesque au quotidien. Demain, l’arrivée dans les Alpes marquera une autre étape importante de cette magnifique édition 2017.»

 

Béatrice Damelincourt (Fral/Morgan Plus 8 n°96) : «C’est notre premier Rallye des Princesses Richard Mille et il s’agit d’ailleurs aussi de notre premier rallye de régularité. J’adore la conduite de cette Morgan qu’il m’est déjà arrivé de piloter sur le circuit de Monthléry. Une amie qui avait déjà pris part aux Princesses m’a convaincu de m’inscrire avec ma belle-fille Maeva. Sincèrement, depuis deux jours, nous ne le regrettons pas du tout ! Même si la régularité est un exercice très difficile, nous sentons que nous progressons d’un TR à l’autre. L’ambiance est juste excellente et puis nous traversons des paysages à couper le souffle. Ce matin, dans un champs de coquelicots,  on se serait cru dans un tableau Claude Monet!»

 

Sylvie Pregevole (Fra/Lancia Fulvia n°41) : «C’est une 5e participation et, franchement, nous essayons de nous appliquer. Nous prenons sur notre heure de repas pour préparer le road book de l’après-midi. Cette édition est particulière pour nous puisque nous fêtons les 40 ans d’Anne, mon équipière. Nous n’arrivons pas à décrocher. Ce rallye est vraiment génial. Personnellement, j’ai attrapé le virus de la voiture ancienne par ma famille. Mon père et mes frères sont passionnés et nous possédons tous nos voitures…»

Régine Bonneton (Fra/Mercedes SL 300 n°92) : «Contrairement à ma pilote, je suis totalement novice et j’avoue que c’est pas… tous les jours facile d’être une Princesse. Mais il y a également beaucoup de plaisir. On s’amuse beaucoup tant durant les TR qu’en dehors.  Et puis, avec deux autres équipages, nous avons choisi de soutenir la cause du Parti des Enfants, le collectif qui vient en aide aux enfants malades. Cela nous donne une motivation supplémentaire et, surtout, l’interdiction d’abandonner avant le podium final à Saint Tropez… »

 

Corinne Peron (Fra/Mini Inoccenti n°66) : «Ce matin nous avions très bien démarré. Malheureusement nous sommes arrivé en retard sur le circuit et, du coup, nous avons oublié d’enclencher le chrono. On a donc choisi de se faire plaisir. Ce serait marrant que’sur un malentendu, nous fassions un bon score quand même. Heureusement qu’il avait trois TR cet après-midi pour se rattraper un peu.»

Télécharger le Timing et la Cartographie de l'Etape 2

Heure de Départ Etape 2

Classement Historic Etape 2

Classement Classic Etape 2

 

Classement Général Historic Etape 2

Classement Général Classic Etape 2

Gazette Etape 2