Vérifications

Où les voir passer ?

Va y avoir du sport !

 

Un beau dimanche d’été indien à Cavalaire-Sur-Mer : on ne pouvait rêver mieux pour les vérifications techniques et administratives de cette 2e édition du Trophée des Alpes. Noire de monde, la Place De Lattre de Tassigny a vécu au rythme du passage des quelques 72 équipages et de leurs belles mécaniques passées sous la loupe des commissaires techniques de l’organisation, car en cette veillée d’armes, il s’agit de montrer patte blanche. Dès demain matin, les hostilités seront ouvertes pour un Trophée des Alpes qui se veut pur et dur et se rappelle au bon souvenir de la Coupe des Alpes de jadis. Quatre jours, quatre étapes, 1.600 kilomètres à parcourir sans répit. Pas moins de 12 cols mythiques à gravir et des dénivelés impressionnants à digérer. Quelques 28 ZR (Zones de Régularité) à négocier au plus près de la perfection. Sisteron, Valence, La Clusaz, Valloire, Gap… autant d’étapes mythiques rappelant les plus grandes épreuves alpestres. De mémoire d’organisateur, jamais sans doute une seule épreuve n’a élevé à ce point le degré de difficulté. Pas de doute : va y avoir du sport ! Et bien malin celui qui pourrait dès à présent en désigné le futur lauréat…

Oh, la belle rouge. Elle attire le regard au premier coup d’œil. Cette ligne pure et ces courbes aguichantes signées Zagato. L’Alfa Romeo Giulietta Sport Zagato n°84 de Claude Philippe et Patrick Staar compte parmi les plus belles de ce Trophée des Alpes. Construite à 200 exemplaires, ce modèle sportif 100% aluminium du début des ‘sixties’ est conçue pour la compétition et n’aurait donc rien à envier aux plus sportives du plateau…

 

72 au départ. Avec pas moins de 72 équipages au départ, ce Trophée des Alpes 2017, s’inscrit d’emblée dans les grands rendez-vous de la rentrée. Du monde et, surtout du beau monde au départ. Un plateau avec ses transalpines, Fiat 124 ou 131, Lancia Fulvia, Béta, Stratos et Delta HF, mais aussi les Allemandes, Porsche 911, 914/6 et 928, Audi Quattro, AC Cobra et BMW sans oublier les Américaines, Ford Escort et Capri, les Anglaise Jaguar Type Eet les Françaises Alpine, Renault 5 Turbo et autres Peugeot 504 Coupé.

Combat des chefs.  Du côté des favoris, on note quelques fidèles du Rallye Neige et Glace, venus conquérir dans les Alpes, une coupe estivale qui complèterait leur galerie des trophées. Quadruple vainqueur du Neige et Glace, le Belge Yves Deflandre (Porsche 911) accompagné par le ‘géomètre-expert’ Joseph Lambert (multiple vainqueur du Monte-Carlo Historique), fait figure d’homme à battre. Tout comme d’ailleurs, ses compatriotes Daniel Reuter et Robert Vandervorst (Porsche 914/6), lauréats du Neige et Glace 2013. Il faudra cependant compter avec les 4x4 des Français Bernard Figuière et Isabelle Godin avec leur impressionnante Lancia Stratos, mais aussi avec Joël et Corinne Sanseigne (Lancia Delta HF) doubles lauréats en catégorie 4x4 lors des deux derniers rallyes Neige et Glace.

Départ à 8 heures ! Ce lundi, dès 8 heures du matin, les premiers équipages s’élanceront du podium dressé sous la Place De Lattre de Tassigny à Cavalaire pour une première étape entre Méditerrannée et Provence. Au programme : 450 km jusqu’à Valence avec une halte déjeuner à Sisteron. Six ZR (Zones de Régularités) et déjà pas moins de 4 cols à franchir (Espinousse, Fontbelle, St-Jean et Roustants). L’arrivée est prévue entre 17h30 et 20, Place du Champs de Mars, célèbre lieu de concentration du Monte-Carlo.

 

La Ford de Vatanen-Richards. Comptant parmi les favoris du rallye, le Belge Johnny Delhez se présente au volant de sa Ford RS 2000 MKII, une réplique certifiée conforme de celle pilotée jadis par Ari Vatanen et co-piloté par un certain David Richards. Une voiture qui s’imposa à deux reprises au Rallye de l’Acropole ainsi qu’une fois au 1000 Lacs…

INTERVIEWS

Patrick Zaniroli (Fra/organisateur) : Bienvenu à tous sur la deuxième édition du Trophée des Alpes. Nous avons repensé cette épreuve dans la pure tradition de la Coupe des Alpes de jadis. L’épreuve sera exigeante et dénuée de confort. Il s’agira d’un rallye où le confort n’aura pas sa place et où seule la performance des équipages et des voitures seront payantes. Le parcours s’annonce particulièrement difficile et éprouvant avec 28 ZR et 12 cols à négocier en 4 jours. Mais attention aux ultimes zones, elles seront redoutables !